Messerschmitt Bf 110, avril 1943

Bf 110 G-4 2Z+OP posé à Dübendorf le 15/16 mars 1944

La photographie ci-dessus [IWM HU 108217] a été prise à Zurich-Dübendorf après l'atterrissage d'un Bf 110 G-4 de la 6./N.J.G. 6 le 15 mars 1944 à 23h47. Le Bomber Command visant à nouveau Stuttgart cette nuit-là, l'Ofw. Helmut Treynogga (pilote) et l'Uffz. Heinz Schwarz (opérateur radar) décollent d'Echterdingen à bord du W.Nr. 5547 2Z+OP pour intercepter les Britanniques. Egarés à la suite d'une panne radio, les deux aviateurs se posent en Suisse où ils sont internés quelque temps.

On note sur cette vue les équipements spécifiques à la chasse de nuit : FuG 202 Lichtenstein B/C, cache-flammes et réservoirs largables, qui réduisent la vitesse maximale du Bf 110 d'environ 60 km/h.

A sa mise en service en 1939, le Messerschmitt Bf 110[1] est un chasseur lourd performant, maniable et d'un pilotage agréable. S'il ne peut pas rivaliser avec les chasseurs monomoteurs de sa génération, il les surpasse en capacité de charge, d'où une autonomie accrue, un armement plus puissant et/ou des équipements additionnels. Avec sa stabilité propice au vol sans visibilité, le Bf 110 est naturellement retenu pour équiper la Nachtjagd. Dans un premier temps, des versions C, D et E reçoivent une peinture noire[2] avant d'être en partie équipées d'un Lichtenstein B/C à partir du printemps 1942. Des modèles spécialisés pour la chasse de nuit sont également produits : Bf 110 F-4 en 1942, puis Bf 110 G-4 au début de 1943. Malheureusement, le montage des antennes radars, des cache-flammes sur les échappements et de réservoirs supplémentaires dégradent les performances et les qualités de vol de l'avion qui devient difficile à contrôler sur un moteur[3].

Au début de 1943, le Bf 110 Nachtjäger embarque un équipage de deux, parfois trois hommes : pilote (Flugzeugführer), opérateur radio/radar (Bordfunker) et mitrailleur (Bordschütze). Il possède un armement fixe tirant vers l'avant de 2 canons MG-FF/M ou MG 151/20 de 20 mm et 4 mitrailleuses MG 17 de 7,9 mm. Sa défense est assurée par une ou deux mitrailleuses mobiles de 7,9 mm à l'arrière du cockpit. Avec deux moteurs Daimler-Benz DB 605 B de 1475 ch[4], la version la plus récente, le Bf 110 G-4, atteint 510 km/h à 5800 m et peut rattraper sans difficulté tous les types de bombardier britannique[5], à l'exception du Mosquito.

*  *  *

 

 

[1] De 1927 à 1938, l'ingénieur aéronautique Willy Messerschmitt dirige le bureau d'étude d'une société appelée Bayerische Flugzeugwerke, ce qui explique la désignation en "Bf" donnée à cet appareil, dont la conception remonte à 1934. Mais pour beaucoup à l'époque, il s'agit simplement d'un Me ou d'un ME 110.

[2] En 1942, la Luftwaffe et la R.A.F. réalisent qu'un camouflage clair atténue la silhouette d'un avion sur le fond du ciel nocturne et l'adoptent pour leurs chasseurs de nuit. Il a cependant l'inconvénient de réfléchir la lumière des projecteurs et les bombardiers garderont leur robe noire jusqu'à la fin de la guerre.

[3] L'autre défaut du Bf 110 est son autonomie limitée (1h20 pour un Bf 110 G-4 sur ses réservoirs internes) qui sera très handicapant lorsque la Nachtjagd devra adopter des tactiques de chasse libre en juillet-août 1943.

[4] On notera néanmoins que les DB 605 des Bf 110 G-4 manquent de fiabilité et manifestent une fâcheuse tendance à prendre feu sans avertissement. Ce problème ne sera résolu que fin 1943. En outre, les DB 605 ont gagné en cylindrée et consomment plus que les DB 601 montés sur les versions précédentes.

[5] En supposant que le chasseur ne parte pas d'une altitude trop inférieure.