Hobo Red Section

En 1943, la formation de base des chasseurs au combat est la section de quatre appareils, largement espacés, en ligne de front. Elle a été mise au point par Werner Mölders durant la Guerre d'Espagne et le Fighter Command l'a progressivement introduite à partir de 1941 sous l'impulsion de Douglas Bader[1]. Les Allemands l'ont baptisée Schwarm (essaim) et la R.A.F. Finger-Four ("quatre doigts"), un nom qui décrit la place respective de chaque avion en référence aux doigts de la main. Pour une section déployée vers la gauche, le leader (majeur) vole au centre et légèrement en avant ; le numéro 2 (index) se positionne environ 50 mètres[2] à droite, le numéro 3 (annulaire) à une centaine de mètres à gauche du leader et le numéro 4 (auriculaire) 50 mètres à gauche et un peu en arrière du numéro 3. Ce dispositif assez relâché facilite la tenue de formation et permet aux pilotes de consacrer leur attention à repérer les avions ennemis. Lors d'un engagement violent, la section peut se séparer en deux paires où le leader attaque et l'ailier le couvre. Surtout, le vol en ligne de front garantit une meilleure surveillance du ciel. Au lieu de se démonter la tête à essayer de voir dans son dos, chaque ailier garde les arrières des trois autres appareils en scrutant un secteur latéral vers l'intérieur de la formation. En cas de besoin, un virage amènera le numéro 2 ou le numéro 4 face à un adversaire menaçant et l'obligera à dégager. La règle est de déployer les sections du côté opposé au soleil ; leurs numéros 3 et 4 peuvent ainsi parer les coups venant de cette direction. Cependant, le Finger-Four n'a pas que des avantages : il manque de manœuvrabilité et oblige à un ballet aérien réglé avec précision pour effectuer un virage serré. De ce fait, le Fighter Command réserve son emploi à la zone de combat, les sections adoptant plutôt la ligne de file au-dessus du territoire ami.

Formation en Finger-Four

Section en Finger-Four déployée vers la gauche.
Une situation des plus dangereuses est celle d'un Fw 190, caché dans le soleil, qui pique sur la première paire de la section. Il est presque impossible pour le leader et son numéro 2 de détecter l'ennemi surgissant dans leur dos d'une zone de clarté éblouissante. Le chasseur allemand entre par contre dans le secteur de surveillance du numéro 4 qui ordonnera par radio à toute la section de "breaker" dans la direction de l'assaillant. Si celui-ci est trop proche, les numéros 3 et 4 pourront toujours virer vers lui pour contrer son attaque (trajectoire en rouge).

Un escadron de 12 Spitfire se divise naturellement en trois sections de quatre appareils. On les identifie par des couleurs : la Section Jaune est fournie par le 'A' Flight, la Section Bleue par le 'B' Flight et la Section Rouge, formée avec des pilotes des deux flights, constitue la section de tête ; elle est en général emmenée par le chef d'escadron. Il en va ainsi le 14 avril au 411 où le Squadron Leader Donald George Elmore Ball occupe la position Rouge 1 avec l'indicatif Hobo Leader[3]. Ball est un jeune officier qui aura 23 ans dans huit jours. Grand (1 m 89) et sportif, cheveux blonds, yeux noisette, large mâchoire ronde, il se laisse pousser une fine moustache, mais ne parvient pas à vieillir ses traits. Il est né près de Londres, travaillait jusqu'en 1940 comme opérateur de monte-charge pour la Hudson Bay Company à Edmonton, capitale de l'Alberta, et aimait la lecture et la photographie. Trois ans plus tard, 'Doug' Ball commande un escadron de chasse en Angleterre.

Durant ces trois années, notre Albertain eut un parcours classique. Volontaire pour la R.C.A.F. en octobre 1939, il fut incorporé le 29 juin 1940. Son entraînement au Canada se termina fin janvier 1941 par des appréciations élogieuses, des ailes de pilote et un brevet d'officier. Une dernière permission au pays et le voilà en février sur un bateau pour le Royaume-Uni. Il y effectua l'incontournable stage en Operational Training Unit (No. 52 O.T.U. à partir du 10/3/41) et fut affecté au No. 403 (R.C.A.F.) Squadron le 21 avril 1941. L'escadron, équipé de Curtiss Tomahawk, stationnait alors à Baginton ; il fut transformé sur Spitfire le mois suivant et se déplaça à Ternhill. En août, le 403 fut envoyé dans le sud, d'abord à Hornchurch, puis à Debden. Le Pilot Officer Ball participa ainsi aux durs combats de l'été 1941 (la Non-stop Offensive) durant lesquels il revendiqua deux Bf 109 abattus (19/8/41 et 27/9/41) et un probable (21/8/41). A bout de nerfs, il fut mis au repos sur avis médical en octobre. Vinrent plusieurs mois comme instructeur aux Nos. 58, puis 57 O.T.U., et une promotion au grade de Flying Officer. Le 17 septembre 1942, il arrivait à Digby au No. 411 (R.C.A.F.) Squadron dont il prit la tête du 'A' Flight le 21 novembre. Son unité fit mouvement vers le secteur plus actif de Kenley le 21 mars 1943 et il en devint le Commanding Officer le lendemain. C'est donc un chef d'escadron nommé de fraiche date, mais un combattant expérimenté, qui mène le 411 au sein du Rodeo 203.

Le père et le fils

Le père et le fils sur la ligne de front pour la défense de l'Empire : coupure de presse datant sans doute de septembre 1941, déposée sur The Canadian Virtual War Memorial.
George William Ball, ancien combattant de 1914-18 et père de Donald, faisait partie de la police montée avant de rejoindre la Military Police et de débarquer en Angleterre avec la 1st Canadian Division. En avril 1943, il exerce la fonction d'Assistant Provost Marshal au quartier général du corps canadien, avec le grade de Lieutenant Colonel.

Son numéro 2 est le Flight Lieutenant James Greenwood Banford, qui vient lui aussi d'Edmonton. En 1940, les deux hommes habitaient chez leurs parents à un peu plus d'un kilomètre l'un de l'autre, dans le triangle formé par l'avenue Jasper au nord et une boucle de la rivière Saskatchewan au sud. James Banford a 27 ans passés, c'est un "vieux" selon les standards des pilotes de chasse de 1943. Ses cheveux bruns s'éclaircissent au-dessus d'un large front qui donne à son visage poupin une maturité qu'accentue le regard intense de ses grands yeux marron. Il est de taille moyenne, le corps bien proportionné malgré une légère corpulence. Après la mort de son père en 1929, sa mère l'a élevé seule avec sa sœur aînée. Il a quitté l'école à 17 ans, enchaînant sur des cours de comptabilité par correspondance qui lui ont permis de travailler comme employé, puis aide-comptable. Volontaire pour l'aviation, la R.C.A.F. l'a enrôlé 8 jours avant Ball[4] et les deux aviateurs se sont succédés au No. 1 Manning Depot de Toronto. Ils ont ensuite emprunté un parcours similaire, dans des écoles différentes, avant de recevoir le même jour leurs ailes et le grade de Pilot Officer[5].

A ce stade, Banford a été retenu au Canada pour satisfaire aux besoins croissants du B.C.A.T.P.[6] Une formation d'instructeur à la Central Flying School de Trenton l'a conduit en avril 1941 à la No. 7 S.F.T.S. de MacLeod dans l'Alberta. Il y resta 18 mois, marqués par quelques stages, des notes excellentes et une prise de galons, puis la R.C.A.F. décida de l'envoyer en Europe vers un poste de cadre dans un escadron de chasse. L'Acting Flight Lieutenant J. G. Banford rejoignit alors l'Angleterre en novembre 1942 et compléta son entraînement d'abord à la No. 5 (P.)A.F.U. de Ternhill, puis à la No. 57 O.T.U. d'Eshott au sein de la Course No. 43 (43e promotion) du 15 décembre au 2 mars 1943. Il en sortit avec une appréciation mitigée :

"Ce pilote compte 1000 heures de vol, principalement comme instructeur. C'est un bon pilote, mais il n'a pas encore l'instinct du chasseur de jour. Il lui faudra du temps pour perdre sa mentalité d'instructeur ; il devrait alors devenir un membre très efficace de son escadron."

Affecté au No. 411 Squadron le 2 mars 1943, Banford arriva à Digby le 10, effectua sa première patrouille le 31 et prit part à sa première opération offensive le 4 avril.

James Greenwood Banford

James Greenwood Banford (R.C.A.F. R.60840/J.3725) [photo extraite de son dossier personnel conservé par Library and Archives Canada, via Ancestry.ca] :

  • né le 24 janvier 1916 à Edmonton, Alta. ;
  • volontaire début 12/39, signe un engagement le 26/3/40 à Edmonton ;
  • enrôlé le 21 juin 1940 à Edmonton comme A.C.2 ;
  • No. 1 Manning Depot (Toronto, Ont.) à compter du[7] 21/6/40 ;
  • No. 2 I.T.S. (Regina, Sask.) à compter du 30/6/40, Course No. 4: 1-27/7/40, breveté le 11/8/40 ;
  • No. 5 E.F.T.S. (Lethbridge, Alta.) à compter du 18/8/40, Course No. 4 sur Tiger Moth : 19/8-6/10/40, breveté le 17/10/40 ;
  • No. 4 S.F.T.S. (Saskatoon, Sask.) à compter du 10/11/40, Course No. 12 sur Anson : 11/11/40-28/1/41, breveté pilote le 28 janvier 1941 ;
  • nommé P/O. le 31 janvier 1941 avec effet au 29/1/41 ;
  • C.F.S. (Trenton, Ont.) à compter du 28/1/41, No. 31 Flying Instructor's Course: 24/2-11/4/41 ;
  • affecté à la No. 7 S.F.T.S. (MacLeod, Alta.) à compter du 11/4/41 (il y sert comme Flt. Cdr.) ;
  • promu A/F/O. le 14/11/41, T/F/O. le 18/4/42 avec effet au 29/1/42, A/F/Lt. le 8/5/42 ;
  • stage à la School of Administration (Trenton, Ont.) : 24/8-3/10/42 ;
  • No. 1 'Y' Depot (Halifax) à compter du 23/10/42 ;
  • attaché à la R.A.F. le 31/10/42 ;
  • embarque pour le Royaume-Uni le 1er novembre 1942, arrivé le 11/11/42.

Le Pilot Officer Charles Stewart Pope (Rouge 3), de Stratford dans l'Ontario, conduit la deuxième paire de la Section Rouge. Arrivé en Angleterre avec le grade de Sergeant durant l'été 1941, il achève un tour d'opérations un peu chaotique commencé au No. 145 Squadron à Catterick en octobre et poursuivi au No. 401 (R.C.A.F.) Squadron – depuis Biggin Hill, puis Gravesend – à partir de novembre 1941. Le 29 mars 1942, un Fw 190 l'a abattu dans la Manche d'où le secours en mer l'a repêché. Le Flight Sergeant Pope a continué à voler avec le 401 jusque mai 1942 avant de rejoindre une O.T.U. comme instructeur. Ré-affecté au No. 411 Squadron le 19 décembre 1942, il a été nommé Pilot Officer (sous-lieutenant) au début de 1943. Moins expérimenté sans être tout à fait un débutant, John Howarth (Rouge 4) s'applique à ne pas perdre son leader. Il a intégré le 411 comme Pilot Officer fin 1942 et a reçu ses galons de Flying Officer (lieutenant)[8] il y a quelques jours seulement.

*  *  *

 

 

[1] En mars 1943, 'Johnnie' Johnson a été effaré de découvrir que la Wing de Kenley utilisait toujours une formation en ligne de file. Il y a rapidement remédié!

[2] Les distances données ici sont purement indicatives et varient selon les hommes et les circonstances.

[3] Hobo étant l'indicatif radio du No. 411 Sqdn., Hobo Leader désigne son chef. Dans le cas présent, il peut également être appelé Hobo Red Leader ou Hobo Red One.

[4] Banford a reçu le matricule R.60840 et Ball le R.60886.

[5] Banford avec le matricule d'officier J.3725 et Ball avec le J.3753.

[6] Sur le British Commonwealth Air Training Plan, voir l'article Formation des pilotes de chasse de la R.C.A.F.

[7] La formule "à compter du" indique une date d'affectation administrative. Banford, engagé le 21 juin à Edmonton, ne se présentera à Toronto que le 24.

[8] On note que, dans la R.A.F. (comme d'ailleurs dans la Luftwaffe), c'est l'expérience et non le grade qui décide des positions de leader et d'ailier.